Le cadastre napoléonien (synapse : faire un renvoi vers la rubrique 1.115 le cadastre napolénien) de 1836 nous montre une ville qui a conservé sa structure médiévale avec deux églises pratiquement côte à côte : Saint-Martin et Saint-Pierre. En effet, jusqu'à la Révolution, la ville possède deux paroisses : celle de Saint-Martin, donnée dès la fin du Xle siècle à l'abbaye de Marmoutiers, en Touraine, et celle de Saint-Pierre, dont les origines semblent se rattacher à la fondation du prieuré de Néron, à Amanlis.

Cadastre Napoléonien

 

 

 

Après plusieurs transformations, le nom de Janzé se fixe en 1216. La localité dépend des seigneurs de Brie. Pendant les guerres de Religion, elle tient le parti de la Ligue. Le duc de Mercoeur, qui en devient le chef après l'assassinat du duc de Guise essaie de se rendre maître de la Bretagne, dont il est gouverneur. De nombreux combats se déroulent dans la région. La Révolution se transforme en lutte religieuse. Les prêtres de la paroisse Saint-Martin prêtent serment à la constitution schismatique, qui les rend dépendants de l'État et non du pape, alors que ceux de la paroisse Saint-Pierre préfèrent démissionner. La paroisse Saint-Pierre est abolie en 1803 et réunie à la paroisse Saint-Martin. L’église Saint-Pierre qui existe encore en partie (3, rue Saint-Pierre) après bien des transformations a été l’objet d’une série de reconversions successives (grange, logements, halles, école, coopérative agricole, bar de nuit). Le presbytère de Saint-Pierre fut occupé par le clergé Saint-Martin.

L’église Saint-Martin retrouva après les troubles révolutionnaires, sa vocation première. Mais une remise en état était nécessaire. L'ancienne église, édifiée entre la fin du XIe siècle et la Renaissance sur l'actuelle place de la Mairie, pose problème en raison de sa trop petite taille et de son insalubrité. En 1802, le principe de l’agrandissement de Saint-Martin fut retenu. Mais en 1863, on hésitait encore entre l’agrandissement de l’église et la construction d’un nouvel édifice. L’abbé Rosignol, nommé curé en 1871 opta pour la seconde proposition et sollicita ses fidèles. La construction d'une nouvelle église au nord de la ville est décidée en 1874, sur un champ dépendant de l'ancien manoir de la Grandinerie, donné par le baron Théophile de Plazanet. Cet imposant édifice néo-roman à trois vaisseaux comme le précédent est bâti. Sa consécration, par Monseigneur Place, a lieu le 21 décembre 1885. A l'intérieur, on peut voir le portrait du curé Rossignol dans l’un des vitraux des collatéraux, les autels latéraux dédiés à Saint Pierre et à saint Martin marquent le souvenir des deux anciennes églises de ]anzé. Les quatre cloches fondues au Mans par la maison Bolée et fils sont baptisées le 16 octobre 1888 :

  • La Nation 1,25 mètre de diamètre, 1 250 Kg,
  • Saint-Pierre, 1,325 mètre de diamètre, 1 350 Kg,
  • Saint-Martin, 1,50 mètre de diamètre, 2 100 Kg,
  • Sacré-Cœur, 1,75 mètre de diamètre, 3 300 Kg,

Jusqu’en 1923, date de l’électrification du clocher 110 volts, chaque cloche était sonné par deux hommes.

Eglise Saint Martin

EGLlSE SAINT-MARTIN

1874-1885
Architectes: Jules et Henri Mellet

 

 

© Copyright Ville de Janzé - Site réalisé par : Logo de Synapse Entreprises